Rendez-vous d'informations mutualistes, coopératives et associatives    

z
20-21 octobre 2016- Strasbourg
36e congrès des Scop et SCIC
« Ce congrès est un temps rare et précieux pour rencontrer des coopérateurs et coopératrices de toutes régions, partager ses idées et favoriser l’intercoopération au-delà de son métier. Place à l’audace ! ». Tous les quatre ans, le mouvement des Scop et SCIC démontre le bienfait de ses démarches via un congrès national...
z
24 octobre 2016- Paris
5e Rencontre nationale des collectivités locales autour de l’ES
Ce temps fort annuel du Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES) est inscrit « dans la déclaration commune des réseaux de collectivités, “L’ESS, un modèle économique à part entière...
z
2-4 novembre 2016 - Marseille
Semaine économique de la Méditerranée
L’ESS passe par le numérique et la première semaine de novembre sera importante dans le sud de la France, avec le thème, Le numérique...
z
 
:: Tout l'agenda...

 

À LA UNE EN 2011
 


8 décembre 2011
LA SEMAINE du 8 au 14 décembre 2011
Cette semaine, La Lettre revient, en Une, sur la conférence « Coopératives et responsabilité sociale des entreprises (RSE) » organisée récemment par Coop FR. Cette rencontre a notamment permis de rappeler que la proximité entre ces structures de l’économie sociale et solidaire et la RSE n’était plus à démontrer. Dans ce domaine, les coopératives sont régulièrement citées en exemple, que ce soit en France ou ailleurs en Europe, et, lors des débats à l’Assemblée nationale sur la responsabilité sociale des acteurs économiques, en avril dernier, les entreprises de l’économie sociale ont été plusieurs fois mentionnées.
Ce numéro 1445 annonce par ailleurs le lancement d’un appel à projets émis par la Caisse nationale d’assurance vieillesse à l’adresse des acteurs concernés par le développement de structures d’accueil intermédiaires pour les retraités. Objectif : contribuer à l’émergence de nouvelles initiatives répondant aux attentes et aux besoins des personnes âgées fragilisées, mais non dépendantes.
La rubrique « Brèves d’Europe et d’ailleurs » évoque quant à elle la présentation, par la Commission européenne, d’un plan de soutien à l’économie sociale comprenant onze actions clés. Un événement sans précédent, puisque c’est la première fois que la Commission s’intéresse concrètement à ce secteur. Jusqu’à présent, elle n’avait jamais formulé de propositions concrètes pour en soutenir le développement.

1er décembre 2011
LA SEMAINE du 1er au 7 décembre 2011
La Lettre de cette semaine publie, en Une, la dixième édition du baromètre « Tendances épargne et retraites entreprise ». L’occasion de mettre en lumière les grandes évolutions de l’épargne retraite entreprise durant cette décennie. Vous apprendrez par exemple que, de nos jours, placer ses économies dans les dispositifs collectifs est devenu une démarche naturelle pour 82 % des salariés et 88 % des chefs d’entreprise, soit une augmentation de 19 et 11 points en dix ans. Autre enseignement à souligner : les salariés et les chefs d’entreprise s’accordent aujourd’hui sur l’attrait de l’actionnariat salarié. D’après le baromètre, en effet, 82 % des employés considèrent que devenir actionnaire de son entreprise est une bonne chose (plus 15 points en dix ans), à l’instar des chefs d’entreprise, qui considèrent à 79 % qu’« avoir des salariés actionnaires » est une bonne chose pour l’entreprise.
La rubrique « Kaléidopresse » présente notamment un article issu du dossier spécial « Economie sociale » publié par Le Monde le 1er novembre 2011. Cet article explique que la recherche exclusive du profit financier, qui gouverne une partie croissante de l’économie, a des conséquences sociales et écologiques sur notre quotidien : augmentation du chômage, baisse du pouvoir d’achat, creusement des inégalités… Heureusement, la crise n’est pas une fatalité et le chemin de l’économie sociale représente peut-être une option à considérer avec attention.
A lire également, en pages 5 et 6, la « Lettre de conjoncture » consacrée aux inquiétudes suscitées par l’avenir de la zone euro.

23 novembre 2011
LA SEMAINE du 24 novembre au 1er décembre 2011
La rubrique « On en parle » de ce numéro 1443 publie « Pour une économie démocratique », un texte présenté le 7 novembre dernier à Paris par les entreprises de l’économie sociale et solidaire à l’occasion d’un forum public organisé par le Ceges (Conseil des entreprises, employeurs et groupements de l’économie sociale et solidaire). Ce document, organisé autour de douze propositions, propose, à travers l’ESS, une réponse globale à la crise économique, sociale et écologique que nous traversons. Il vise à promouvoir une autre économie organisée autour des personnes et non des capitaux, invitant à partager collectivement la richesse produite.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend l’éditorial du supplément « Finances » du journal Le Monde du 19 octobre 2011, dans lequel Patrick Lelong explique comment les mutuelles sont ponctionnées au profit de la Sécu. D’après lui, plutôt que de mettre en place une vraie réforme structurelle, le gouvernement préfère taxer les complémentaires santé. Il rappelle notamment que la fameuse taxe sur les conventions d’assurance se répercutera inévitablement sur les assurés à l’heure où « la paupérisation bat de vitesse la croissance ».  
En page 5, la rubrique « Economie sociale en Ile-de-France » revient sur l’opération de soutien aux associations organisée au premier semestre 2011 par la Fédération du Crédit mutuel Ile-de-France. Baptisée « A 100 % pour les associations », cette initiative s’est déroulée en deux étapes : une tombola au bénéfice des associations participantes et un challenge régional pour l’emploi, la solidarité et le développement durable.

17 novembre 2011
LA SEMAINE du 17 au 23 novembre 2011
En Une de La Lettre cette semaine, la rédaction choisit de publier les « propositions de la Mutualité pour un système de santé plus juste », révélées à quelques mois de l’élection présidentielle afin d’alimenter le débat public sur la question. Vous verrez que les orientations du mouvement sont articulées autour de trois objectifs : un système plus juste, donc, dans lequel les rôles respectifs de l’assurance maladie obligatoire et de l’assurance maladie complémentaire seraient bien définis et où l’accès à la complémentaire santé deviendrait un droit pour tous ; un système plus efficace, qui proposerait une prescription sûre et efficiente des médicaments, ainsi qu’une offre de santé de premier recours performante ; et un système pérenne, dans lequel la prévention et la promotion de la santé auraient toute leur place.
La rubrique « Kaléidropresse » propose un article consacré aux coopératives paru le 14 octobre 2011 dans le « Point de vue » du journal La Tribune. Cet article explique comment ces structures, qui pèsent aujourd’hui près de 30 % du commerce de détail français et 40 % de l’industrie agroalimentaire, prennent le contre-pied des entreprises « financiarisées » tout en s’adaptant aux contraintes actuelles.
La rubrique « Fondations » revient sur le grand concours lancé jusqu’au 31 décembre par la Fondation Macif à l’intention des acteurs de l’économie sociale, et qui vise à promouvoir et récompenser des projets socialement innovants dans le domaine de l’alimentation durable et responsable.

10 novembre 2011
LA SEMAINE du 10 au 16 novembre 2011
La rubrique « On en parle » de ce numéro 1441 de La Lettre présente la seconde partie de l’intervention de Marcel Caballero, vice-président du Ciriec-France, prononcée en avril dernier à Valladolid, en Espagne, lors de la IIIe conférence internationale de recherche en économie sociale. Dans cette deuxième partie, Marcel Caballero revient sur le rôle joué par les syndicats dans les entreprises de l’économie sociale. Vous verrez que les expériences ne sont pas les mêmes selon les pays et qu’il existe trois cas de figure : un premier caractérisé par l’absence, voire l’interdiction des syndicats dans ces entreprises (en Europe de l’Est notamment), un deuxième où l’on observe la présence de syndicats patrons  qui créent puis gèrent les entreprises (en Israël), et enfin un dernier marqué par l’existence de relations patronat-syndicat telles qu’elles existent dans les entreprises capitalistiques.
Ne manquez pas la rubrique « Kaléidopresse », qui présente notamment un article, paru dans Le Parisien le 25 septembre 2011, consacré au « pactole mutualiste » et à la volonté de deux députés UMP de taxer les réserves jugées « excessives » des mutuelles.
La rubrique « Europe et ailleurs » annonce quant à elle la création récente d’un Réseau européen de promotion de l’économie sociale et solidaire (Ripess) lors d’un congrès constitutif organisé à Barcelone par le réseau ESS de Catalogne. 150 représentants du secteur, venus d’une quinzaine de pays, étaient rassemblés pour affirmer la nécessité de substituer à l’actuel système économique une organisation plus juste, plus démocratique et plus durable.

4 novembre 2011
LA SEMAINE du 3 au 9 novembre 2011
En Une cette semaine, La Lettre publie la première partie d’une intervention de Marcel Caballero, vice-président du Ciriec-France, prononcée en  avril dernier à Valladolid, en Espagne, lors de la IIIe conférence internationale de recherche en économie sociale. Cette contribution revient sur la naissance du syndicalisme et de l’économie sociale. Selon Marcel Caballero, syndicalisme et économie sociale ont des origines communes. Tous deux sont issus de l’industrialisation de nos pays, au moment où la lutte des travailleurs pour de meilleures conditions de travail et de rémunération s’est accompagnée d’une aspiration à l’émancipation économique. Vous verrez que l’économie sociale doit beaucoup au syndicalisme (les entreprises de ce secteur sont issues de syndicats qui aspiraient à la gestion de l’économie) et qu’avant d’avoir le droit de créer des syndicats, les ouvriers s’étaient organisés au sein de sociétés de secours mutuel, ancêtres de nos mutuelles actuelles.
La rubrique « Kaléidopresse » présente un article publié dans Actualités (octobre 2011), la lettre d’information du Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema), qui rappelle une des spécificités des banques coopératives et des assurances mutualistes : non cotées en Bourse, celles-ci ne sont pas, contrairement à leurs concurrents cotés,  exposées à la pression médiatique actuelle, qui « expose les hommes et sape la confiance dans les entreprises ».
A lire également, la rubrique « Economie sociale en mouvement », qui se penche sur la question du financement des associations. Selon Marie Lamy, conseillère technique à la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA), « 2010 est la première année où les financements publics dans les associations sont véritablement en baisse ». Jusque-là, les diminutions de subventions étaient compensées par le financement des collectivités locales. Pour savoir comment les associations s’en sortent et envisagent l’avenir, la CPCA, avec le Cnar Financement, un organisme porté par France active, vient de lancer une enquête en direction des responsables associatifs.

26 octobre 2011
LA SEMAINE du 27 octobre au 2 novembre 2011
La Lettre de cette semaine publie, en Une, le cinquième baromètre de la mobilité durable établi par la Macif, en partenariat avec le ministère du Développement durable, et présenté fin septembre. On y apprend notamment que les Français sont prêts à considérer un changement des pratiques en termes de déplacement – plus en raison de l’augmentation du coût de l’utilisation de leur voiture que d’une préoccupation environnementale –, mais il reste encore à développer des modes alternatifs disponibles et praticables par tous.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend un article paru dans le dernier numéro de Participer, le bimensuel de la Confédération générale des Scop. Ce papier de Patrick Lenancker, président de la confédération, y présente un sondage qui témoigne de la pertinence des structures coopératives pour les salariés, les jeunes en particulier. « Selon un récent sondage Ifop-Le Monde, écrit-il, 63 % des salariés pensent que le personnel doit participer à l’élaboration de la stratégie et 78 % pensent que la répartition de la valeur ajoutée entre dirigeants, actionnaires et salariés est inéquitable. Mieux formés, mieux éduqués, les nouvelles générations aspirent légitimement à trouver de l’autonomie dans leur travail, à participer aux décisions qui concernent leurs emplois, à pouvoir être reconnues et à recueillir le juste fruit de leur travail. »
La rubrique « En bref » fait part, quant à elle, des préoccupations de l’UFC-Que choisir concernant le tarif des complémentaires santé pour les seniors. En 2011, les plus de 60 ans ont déjà vu leurs cotisations augmenter de 11,8 % en moyenne à garanties égales, note l’association de consommateurs dans une enquête. Les seniors consacrent 5,8 % de leurs revenus à l’acquisition d’une complémentaire, soit 2,5 fois plus que la moyenne des Français. « Et le plus inquiétant reste à venir », selon l’association.

20 octobre 2011
LA SEMAINE du 20 au 26 octobre 2011
Cette semaine, la rubrique « On en parle » de La Lettre revient sur le bilan 2010 de l’emploi dans l’économie sociale établi récemment par le réseau d’experts Recherches et Solidarités. Vous apprendrez notamment que, pour la première fois, ce secteur (associations, coopératives, fondations, mutuelles) concerne un emploi privé sur huit (contre un sur dix jusqu’à présent). En une décennie, l’emploi dans l’économie sociale a progressé de 23 %, soit 400 000 postes créés. Dans le même temps, le secteur privé dans son ensemble, après avoir progressé de près de 10 % entre 2000 et 2008, affiche un bilan limité à moins de 7 %.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend quant à elle des extraits d’un dossier paru dans L’Argus de l’assurance (2 septembre 2011) sur le phénomène de rapprochement des mutuelles françaises. D’après ce dossier, d’ici à 2015, il pourrait ne rester que 250 mutuelles santé en France. « Malgré cette frénésie de rapprochements, bon nombre de mutuelles défendent toujours bec et ongles leur indépendance et leur spécificité », constate toutefois la publication. 
Enfin, en rubrique « Economie sociale en mouvement », ne manquez pas l’article consacré à l’Opération brioches menée il y a peu par l’Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et leurs amis (Unapei). Plus d’une centaine d’associations ont participé à cet événement national de vente de brioches, soutenu notamment par le Crédit coopératif, l’Appel médical ou le Fonds handicap et qui permet de financer des activités de loisirs ou des équipements pour les établissements spécialisés. L’an passé, plus de 3 millions d’euros avaient été récoltés.

13 octobre 2011
LA SEMAINE du 13 au 19 octobre 2011
En Une de La Lettre cette semaine, un article consacré au renouvellement de partenariat signé récemment entre Chorum, Cides (Chorum Initiatives pour le développement de l’économie sociale) et l’Usgeres (Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale). L’objectif de ce partenariat, présenté sous la forme d’une convention triennale, est de promouvoir et de développer l’emploi de qualité dans l’économie sociale. Ce nouvel accord prolonge une collaboration qui a déjà permis la réalisation de nombreux outils dans le secteur, notamment en matière de prévention et de santé au travail.
La rubrique « Economie sociale en mouvement » présente quant à elle le nouveau DESU (diplôme d’études secondaires universitaires) « Droit de l’économie sociale et solidaire » proposé par l’institut de droit des affaires de l’université Paul-Cézanne Aix-Marseille III. Cette formation de 120 heures, à la fois théorique et pratique, est axée sur les aspects juridiques et fiscaux de la vie des associations, des fondations, des coopératives, des mutuelles et des syndicats. Elle a vocation à former les futurs cadres et prestataires de l’univers non lucratif, secteur en constant développement qui pèse aujourd’hui 10 % du PIB et se professionnalise très rapidement.
La rubrique « Europe et ailleurs », enfin, revient sur une étude réalisée par un groupe d’experts du Ciriec (Centre international de recherches et d'informations sur l'économie publique, sociale et coopérative) Espagne – qui fête cette année ses vingt-cinq ans d’existence – sur l’économie sociale espagnole. Vous apprendrez par exemple qu’elle représente 200 000 entités employant 1,2 million de salariés, regroupant 24 millions de sociétaires et réalisant un chiffre d’affaires de 116 milliards d’euros.

29 septembre 2011
LA SEMAINE du 29 septembre au 5 octobre 2011
Cette semaine, la rubrique « On en parle » de La Lettre publie un texte de Jean-Paul Detilleux, président de Coop FR, consacré à l’Année internationale des coopératives prévue en 2012. Pour lui, cet événement soutenu par l’ONU constitue une chance unique pour ces structures particulières de l’ESS de communiquer sur leur modèle et leur contribution au développement économique et social des sociétés à travers le mon Avec la rubrique « En Bref », vous apprendrez par ailleurs qu’en douze ans la population mondiale a gagné un milliard d’êtres humains. Selon les dernières projections des Nations unies, le cap des 7 milliards d’humains sera atteint en octobre prochain et celui des 8 milliards en 2025.   

15 septembre 2011
LA SEMAINE du 15 au 21 septembre 2011
En Une de La Lettre, cette semaine, un papier consacré à l’Association des parents et amis de personnes handicapées intellectuelles (Adapei) de Besançon. Avec 18 établissements et services, 540 salariés et 1 200 personnes handicapées mentales accompagnées, cette structure née dans les années 50 est aujourd’hui une association reconnue. Son objectif ? Assurer la promotion et la défense des enfants, adolescents et adultes handicapés intellectuels afin de favoriser leur épanouissement. Le socle de ses actions repose sur le respect de valeurs telles que la libre expression de ses bénéficiaires, la citoyenneté, l’autonomie, l’égalité et le droit des chances… Pour assurer l’intégration de ces personnes handicapées, l’Adapei de Besançon a par exemple œuvré à l’ouverture d’une boulangerie industrielle et d’une légumerie qui offrent aux salariés ne pouvant travailler en milieu ordinaire des postes variés et adaptés à leurs compétences.
La rubrique « Kaléidopresse » présente quant à elle un article paru dans Le Monde (11 juillet 2011) selon lequel le gouvernement, dans un souci de financement des politiques publiques, lorgnerait sur la cagnotte du 1 % logement. D’après le quotidien, dans les trois prochaines années, le gouvernement aimerait prélever 3,4 milliards d’euros sur Action logement (ancien « 1 % logement »), dispositif piloté par le patronat et les syndicats. Ces derniers avaient déjà été mis à contribution entre 2009 et 2011 à hauteur de 2,5 milliards d’euros et ne souhaitent plus jouer les « vaches à lait ».
Cette Lettre revient en outre sur l’augmentation du taux de rémunération du livret A, qui en août est passé de 2 à 2,25 %. En une année, le produit d’épargne liquide préféré des Français a donc gagné un point. Cependant, et bien que le plancher historiquement bas des 1,25 % semble loin, les épargnants ne sont pas à l’abri d’une baisse du livret A dans six mois.    

8 septembre 2011
LA SEMAINE du 8 au 14 septembre 2011
Cette semaine, comme annoncé précédemment, La Lettre publie la seconde partie de l’étude « La place du secteur associatif et de l’action sociale dans l’économie » menée récemment par l’Insee. Vous découvrirez notamment que près de la moitié des activités des ISBLSM (institutions sans but lucratif au service des ménages) relèvent de l’action sociale. Les associations caritatives et humanitaires, les dispositifs de veille sociale ainsi que les établissements et services médico-sociaux et sociaux ont produit des services d’une valeur de 19 milliards d’euros, destinés aux enfants et adultes handicapés ou en difficulté. On apprend également que l’action sociale en faveur des personnes âgées (hébergement ou accueil familial, aide à domicile) n’est que très peu prise en charge par les ISBLSM.
La rubrique « Kaléidopresse » présente quant à elle un intéressant article du Figaro économie (7 juillet 2011) consacré aux coopératives agricoles. Souvent inconnues du grand public, ces coopératives rassemblent pourtant 2 900 structures en France, pèsent 82,4 milliards d’euros et représentent 40 % de l’agroalimentaire. Malheureusement, comme l’explique Philippe Mangin, président de Coop de France, les coopératives n’ont pas toujours les moyens de leurs ambitions. Pour faire face à la concurrence, elles sont parfois obligées de se rassembler et, pour financer leur développement, certaines ont recours à des investisseurs financiers ou à la Bourse, se déconnectant ainsi de leurs adhérents.
Enfin, la rubrique « Economie sociale en mouvement » revient sur la condamnation par la Mutualité française de la nouvelle taxe sur les contrats d’assurance annoncée fin août et sur le mécontentement qu’elle avait manifesté avant l’été au sujet de la proposition de loi Fourcade, un texte qui entravait fortement sa liberté à nouer des relations contractuelles avec des professionnels de santé et à améliorer ses remboursements.

1er septembre 2011
LA SEMAINE du 1er au 7 septembre 2011
Comme prévu, La Lettre publie cette semaine la seconde partie de l’étude du centre d’analyses stratégiques auprès du Premier ministre sur les problématiques de l’entrepreneuriat social. Les auteurs présentent ici les spécificités des structures ayant pour vocation de soutenir les entrepreneurs sociaux dans leurs démarches pour les aider à démultiplier leur action sociale. C’est ce que font par exemple la fondation Ashoka ou le groupe SOS.
La rubrique « Kaléidopresse » de cette Lettre reprend quant à elle un article du journal Le Monde (14 juin) consacré aux Etats généraux de l’économie sociale et solidaire qui se sont tenus à Paris en juin dernier. Le journaliste revient notamment sur l’objectif principal de ce grand rassemblement : mobiliser les acteurs et les militants de l’ESS dans la perspective des prochaines échéances électorales. Cette même rubrique présente par ailleurs un papier paru dans le même journal (Le Monde, 14 juin) et traitant du tourisme solidaire. Marianne Didierjean, directrice de Voyager autrement, nous y explique le fonctionnement de ce secteur particulier, axé le développement local et la solidarité.
Enfin, pour la reprise de sa publication après sa pause estivale, La Lettre vous propose un agenda spécial rentrée reprenant les grands événements à ne pas manquer.

26 août 2011
LA SEMAINE du 25 au 31 août 2011
Comme prévu, La Lettre publie cette semaine la seconde partie de l’étude du centre d’analyses stratégiques auprès du Premier ministre sur les problématiques de l’entrepreneuriat social. Les auteurs présentent ici les spécificités des structures ayant pour vocation de soutenir les entrepreneurs sociaux dans leurs démarches pour les aider à démultiplier leur action sociale. C’est ce que font par exemple la fondation Ashoka ou le groupe SOS.
La rubrique « Kaléidopresse » de cette Lettre reprend quant à elle un article du journal Le Monde (14 juin) consacré aux Etats généraux de l’économie sociale et solidaire qui se sont tenus à Paris en juin dernier. Le journaliste revient notamment sur l’objectif principal de ce grand rassemblement : mobiliser les acteurs et les militants de l’ESS dans la perspective des prochaines échéances électorales. Cette même rubrique présente par ailleurs un papier paru dans le même journal (Le Monde, 14 juin) et traitant du tourisme solidaire. Marianne Didierjean, directrice de Voyager autrement, nous y explique le fonctionnement de ce secteur particulier, axé le développement local et la solidarité.
Enfin, pour la reprise de sa publication après sa pause estivale, La Lettre vous propose un agenda spécial rentrée reprenant les grands événements à ne pas manquer.

22 août 2011
LA SEMAINE du 18 au 24 août 2011
A la Une du numéro 1429 de La Lettre, vous découvrirez la première partie d’une étude menée récemment, sous l’égide du centre d’analyses stratégiques auprès du Premier ministre, sur les problématiques soulevées par l’entrepreneuriat social. Quels sont les contours de ce secteur en France ? Sa démarche est-elle plus efficace que les modes d’action traditionnels ? Quelles sont les spécificités qui le distinguent du secteur de l’economie sociale et solidaire ? Autant de questions induites par la mise en avant de l’entrepreneuriat social comme possible vecteur d’innovations sociales et auxquelles cette étude, dont la seconde partie sera présentée dans notre numéro 1430, tente de répondre.
Egalement au sommaire de cette Lettre 1429, la rubrique « Kaléidopresse », avec cette semaine la publication de l’éditorial de Sophie Peters paru le 16 juin dans La Tribune. Celle-ci rappelle que, d’après le cabinet Mercuri Urval, le secteur de l’économie sociale est actuellement l’un des plus attractifs auprès des cadres du privé et des jeunes diplômés des grandes écoles. Ce secteur, qui ne cesse de croître, résisterait mieux aux aléas économiques, offrirait des perspectives favorables à l’emploi et proposerait des valeurs plus attractives et motivantes.
Ne manquez pas non plus la dernière parution de notre rubrique estivale « Lectures de vacances », qui vous suggérera trois nouveaux ouvrages passionnants : L’épargne solidaire pour les nuls, d’Eric Larpin (Editions First), Le droit à la vulnérabilité, manager les fragilités en entreprises, de Thierry Clavat et Serge Guérin (Michalon Editions), et Le sens de l’engagement, de Dominique Schnapper (Fondapol). 

13 juillet 2011
LA SEMAINE du 14 au 20 juillet 2011
Cette semaine, La Lettre publie un article de l’Agence fédérale d’informations mutualistes (Afim) paru le 1er juin 2011 et traitant de Solvabilité 2, cette directive européenne qui exige des mutuelles une évaluation interne de leurs risques et de leur solvabilité sur le long terme. Selon une enquête présentée le 18 mai à l’occasion d’un cercle « Finance et mutualité » organisé par la Mutualité française à Paris, une grande majorité de mutuelles se sont d’ores et déjà engagées dans cette démarche, qui implique notamment une mise à plat de tous les processus de décision. Pour la Mutualité, ces nouvelles exigences représentent des opportunités pour aboutir à un pilotage plus fin et plus éclairé de ses entreprises adhérentes.
Ce numéro 1428 présente également la Lettre de conjoncture de la Confédération nationale du Crédit mutuel du mois de juin, consacrée à la solidité des pays émergents. Ces derniers ont en effet été peu affectés par le choc financier de 2007-2008 et ont un rôle important dans l’évolution de la croissance mondiale. Actuellement, celle-ci qui augmente à un rythme supérieur à 4 % l’an.
Enfin, notre rubrique estivale « Lectures de vacances » vous propose cette fois-ci deux ouvrages : Le livre blanc de l’accompagnement social, élaboré par la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars), et Camif, le défi inachevé, de Thierry Weber. 

7 juillet 2011
LA SEMAINE du 7 au 13 juillet 2011
Le numéro 1427 de La Lettre publie une interview de Corinne Bord, conseillère régionale Ile-de-France, réalisée récemment par le Réseau des territoires pour l’économie solidaire (RTES). Dans cet entretien, Mme Bord, impliquée depuis longtemps dans les mouvements d’éducation populaire et dans le développement de la vie associative, revient sur sa vision du secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) et sur les projets de la région. Pour la conseillère régionale, l’ESS représente une forme de moralisation du capitalisme et dispose de nombreux atouts qui devraient en faire une source d’inspiration pour réformer l’économie. Corinne Bord rappelle aussi que la région organisera prochainement des Etats généraux de la conversion écologique et sociale où les acteurs de l’ESS auront toute leur place. Le soutien au secteur sera par ailleurs intégré dans la stratégie régionale de développement économique et de l’innovation (SRDEI) en cours d’élaboration.
Le « Kaléidopresse » de cette semaine reprend un article consacré aux dépassements d’honoraires, paru dans Les Echos du 30 mai. Le quotidien explique que ce sujet devient aujourd’hui incontournable dans la négociation entre les syndicats de praticiens et la Sécu. Assurance maladie, syndicats de médecins, complémentaires santé, tous se disent prêts à s’attaquer au problème.
Quant à la page « En bref », elle rappelle les principaux chiffres réalisés par la Macif en 2010, parmi lesquels 212,8 millions d’euros de bénéfice net.


30 juin 2011
LA SEMAINE du 30 juin au 6 juillet 2011
La Une de ce numéro 1426 présente les principaux objectifs d’Alain Cordesse, président réélu de l’Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’Economie sociale (Usgeres) le 26 mai dernier. Pour ce quatrième mandat, il entend notamment poursuivre la négociation d’accords multiprofessionnels dans l’Economie sociale et continuer les actions liées à la qualité de l’emploi dans le secteur, en particulier dans les territoires (promotion de l’égalité, prévention et santé au travail, formation à la fonction employeur, portail de l’emploi dans l’Economie sociale à l’horizon 2012). M. Cordesse souhaite également une avancée significative sur la question de la représentativité des employeurs de l’Economie sociale dans les instances du dialogue social national.
La rubrique « Kaléidopresse » est quant à elle consacrée cette semaine aux finances solidaires. Elle reprend à cette occasion un entretien publié par La Tribune le 1er juin et dans lequel Catherine Barbaroux, présidente de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie), justifie le rôle de la micro-finance dans notre pays. Elle explique notamment qu’en terme de survie des entreprises créées grâce à ce type de financement, les résultats sont proches de la moyenne nationale des structures classiques, avec, en 2010, un taux de pérennité de 68 % sur deux ans et de 59 % sur trois ans.  
Cette semaine, La Lettre revient également sur le sixième baromètre TNS Sofres « Les Français et le grand âge » rendu public récemment par la Fédération hospitalière de France (FHH). On y apprend que dès 2040, 1,4 million de personnes devraient être en situation de perte d’autonomie et que 55 % des sondés ne se sentent pas capables de prendre en charge une personne dépendante de leur entourage, en perte d’autonomie physique ou psychique.


23 juin 2011
LA SEMAINE du 23 au 29 juin 2011
La rubrique « On en parle » de La Lettre 1425 reprend le nouveau projet associatif établi par l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées (Adapt) pour 2011-2015. Une période au cours de laquelle l’Adapt entend continuer à défendre l’idée des bienfaits de la diversité au sein de l’école, de la formation, de l’entreprise et de la société civile. Quatre axes d’orientations prioritaires ont été défini par l’association pour parvenir à une meilleure intégration des personnes handicapées : favoriser le soin de la personne dans sa globalité, que ce soit à l’hôpital ou en ville, en tenant compte de son environnement familial, social et professionnel ; préparer l’avenir des jeunes avec les jeunes, en œuvrant au développement de l’intégration scolaire de proximité ; sécuriser le parcours de chacun face à la dépendance et au grand âge, notamment en multipliant les actions de prévention ; enfin, poursuivre la contribution à la mise en place de nouvelles formes d’insertion et d’accompagnement destinées à développer l’autonomie des personnes en situation de handicap.
La rubrique « Economie sociale en mouvement » présente quant à elle le récent sondage publié par la Mutualité française sur le sujet de la dépendance. Vous apprendrez ainsi que les Français se sentent majoritairement concernés par la perte d’autonomie liée à l’âge. Pour eux, il s’agit d’une question de santé dont la prise en charge doit s’appuyer sur le système de protection sociale. Les mutuelles ont par ailleurs toute leur confiance pour répondre aux difficultés de la dépendance, bien avant l’Etat et les assureurs privés. 
Dans ce numéro, La Lettre revient également sur le rassemblement, les 6, 7 et 8 avril dernier à Valladolid, en Espagne, de quelque 400 chercheurs et praticiens venus de 40 pays pour échanger leurs travaux et expériences dans le domaine de l’économie sociale. Cette réunion, organisée par le Ciriec tous les deux ans, constitue l’une des plus importantes rencontres scientifiques internationales.


16 juin 2011
LA SEMAINE du 16 au 22 juin 2011
La Une de ce numéro 1424 de La Lettre présente les priorités d’action que l’Union de syndicats et groupements d’employeurs représentatifs dans l’économie sociale (Usgeres) s’est fixées lors de son assemblée générale le 18 mai dernier. Dans les mois à venir, il s’agira pour l’union, dans un contexte de fragilisation du secteur associatif, et notamment de l’aide à domicile, et à l’approche de l’élection présidentielle, de formuler des propositions sur l’emploi et d’occuper le terrain sur la question de la représentativité patronale. L’Usgeres entend par exemple signer prochainement un accord sur la formation des dirigeants et un autre sur l’égalité et la prévention des discriminations, finaliser la concertation préalable à l’ouverture d’une négociation sur l’emploi des jeunes dans l’économie sociale et développer les actions liées à la qualité de l’emploi dans le secteur.
La Lettre de la semaine évoque également le lancement officiel du premier réseau social solidaire grand public sur Internet : Reworld.com. Cette plateforme communautaire inédite, qui dit « réinventer un nouveau vivre ensemble » fondé sur la solidarité, utilise les réseaux sociaux pour permettre aux internautes d’identifier les acteurs solidaires situés près de chez eux et de bâtir ainsi leur propre communauté d’entraide.
Ce numéro revient par ailleurs sur une enquête réalisée par Ipsos-Logica Business Consulting pour le baromètre de la microfinance 2011. Cette enquête nous apprend par exemple que 76 % des Français jugent que le microcrédit responsabilise ses bénéficiaires en leur donnant les moyens de subvenir eux-mêmes à leurs besoins. L’an passé, ils n’étaient que 70 % à le penser. Cela dit, 47 % des personnes interrogées estiment que ce système de petits prêts est risqué, puisque cela consiste à prêter de l’argent à des personnes non solvables.


9 juin 2011
LA SEMAINE du 9 au 15 juin 2011
Cette semaine, la rubrique « On en parle » de La Lettre présente la première enquête réalisée, en juin 2010, par le réseau d’experts Recherches et Solidarités sur le moral des responsables associatifs employeurs. Vous apprendrez notamment que, si 59 % de ces dirigeants se disent préoccupés par le contexte morose qui sévit actuellement, ils font tout de même preuve d’un certain optimisme. Ainsi, concernant les perspectives d’emploi pour 2011, 60 % des responsables associatifs en moyenne envisagent de garder leurs effectifs – mais seulement 15 % de l’augmenter. En 2010, 63 % de ces employeurs ont pu maintenir leurs équipes de salariés et 20 % les ont même renforcées. Autre enseignement de cette étude : si 86 % des dirigeants associatifs sont satisfaits des qualifications de leurs salariés, ils ne sont que 55 % à apprécier celles de leurs bénévoles.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend notamment un papier publié dans Le Monde du 3 mai concernant les motivations de l’entrepreneur social. D’après cet article, la notion d’entrepreneuriat social est détachée de celle de propriété. L’entrepreneur social n’a pas pour ambition de posséder ou de diriger une structure, mais bien de penser et de mettre en œuvre des réponses aux problématiques de notre société. Il s’agit donc d’une véritable vocation.
Ce numéro 1423 de La Lettre évoque également l’essor important rencontré par les fondations ces dernières années. Grâce à plusieurs dispositifs fiscaux particuliers, leur nombre a bondi de 60 % en dix ans, contribuant ainsi de façon essentielle aux besoins de financement dans les domaines de la santé, de l’action sociale et de l’éducation.  


1er juin 2011
LA SEMAINE du 2 au 8 juin 2011
Cette semaine, La Lettre publie l’argumentaire de la contribution du Parti socialiste intitulée « L’autre économie, l’économie sociale et solidaire ». Rédigée récemment par le laboratoire des idées et le secrétariat national ESS du parti, cette réflexion globale, qui fait actuellement l’objet de navettes entre les différents acteurs du secteur, considère notamment que l’apparition de l’entrepreneuriat social pose question. Parmi les éléments de vigilance énoncés, le caractère incertain et poreux de la frontière entre les bonnes pratiques entrepreneuriales et ce que l’on pourrait apparenter à du « social washing ». Certaines entreprises considèrent en effet le « marché social de la pauvreté » comme étant un important gisement de profits. Un phénomène d’autant plus dangereux dans le contexte actuel de remise en cause des services publics.
La rubrique « Economie sociale en mouvement » revient quant à elle sur le rapport « L’entreprise sociale en mouvement » publié par le Ceges, le 27 avril, à l’occasion de son assemblée générale. Ce rapport met en évidence le rôle clé des entreprises de l’économie sociale dans l’élaboration d’une réponse économique et sociale qui soit à la fois pertinente et performante. C’est par exemple le cas dans les secteurs de la santé, de l’action sociale et médico-sociale, de l’assurance, des sports ou encore du commerce. Par ailleurs, vous apprendrez aussi que les entreprises sociales demeurent plus créatrices d’emploi que les autres.
Enfin, la rubrique « Vie mutualiste » évoque le bien-fondé, d’un point de vue économique, de la décision du groupe Matmut d’étendre sa protection à la santé : fin février, avec plus de 28 000 contrats, Matmut santé protégeait près de 42 000 personnes.  


26 mai 2011
LA SEMAINE du 26 mai au 1er juin 2011
Cette semaine, la rubrique « On en parle » de votre lettre présente un document publié par Perspectives sanitaires et sociales, la revue de la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs (Fehap). Ce texte, intitulé « Dix bonnes raisons d’actualiser son projet associatif – Dis-moi quel est ton projet, je te dirai qui tu es », part du principe que c’est le projet initial de l’association qui détermine les fondations de la future structure, son fonctionnement, ses moyens et ses actions. Aussi, pour continuer d’exister une fois les premiers objectifs atteints, l’association doit savoir se remettre en question et renouveler sans cesse son projet associatif.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend quant à elle un article paru dans L’Express du 13 avril dernier, dans lequel François Soulage, président du Secours catholique, explique que la situation des plus démunis se dégrade en France, et cela bien que le taux de pauvreté globale se soit stabilisé après avoir diminué de 15 à 13,2 % en cinq ans. Pour le président, les dispositifs qui se limitent au versement de prestations accroissent « le risque d’exclusion durable ». « Je suis réservé vis-à-vis des politiques d’assistance, non parce que l’on donnerait beaucoup d’argent à des personnes qui ne feraient rien, mais parce que les laisser s’installer durablement dans ce type de situation, c’est l’aggraver », précise-t-il.
Enfin, dans la rubrique « Formation », Jacques Cottereau, vice-président de la Confédération générale des Scop, nous explique pourquoi la formation professionnelle en entreprise est devenue l’une de ses priorités.


20 mai 2011
LA SEMAINE du 19 au 25 mai 2011
Cette semaine, dans son numéro 1420, la Une de La lettre présente les résultats d’une enquête réalisée par l’Ifop pour le compte du groupe Prévoir sur le concept du « bien vieillir ». Cette étude nous apprend par exemple que 62 % des Français pensent qu’il est difficile de bien vieillir. Et pour 70 % des sondés, bien vieillir, c’est vieillir en bonne santé. Autre constat intéressant : en moyenne, les Français établissent l’âge du basculement dans la vieillesse à 69 ans, mais ils repoussent cette échéance au fur et à mesure qu’ils s’en approchent : elle est ainsi estimée à 61 ans chez les moins de 25 ans et à 77 ans chez les plus de 65 ans.
La rubrique « Economie sociale en mouvement » annonce quant à elle le retour à l’équilibre de l’Institut de développement de l’économie sociale (Ides), redevenu bénéficiaire au cours de l’exercice 2010 après deux années de pertes. L’Ides démontre ainsi, dans la durée, le sérieux de sa gestion. Il a également procédé, toujours en 2010, à une augmentation de capital intégralement souscrite par ses actionnaires, ce qui prouve bien la confiance accordée à l’institut.
La Lettre signale aussi le lancement d’un nouvel appel à projets, ouvert jusqu’au 15 juin par l’Ocirp et qui concerne les enfants en deuil de parents. L’objectif est de soutenir financièrement les initiatives menées par les associations ou les organismes d’intérêt général à but non lucratif en direction des orphelins et de leurs familles. Des initiatives qui peuvent concerner par exemple la santé, l’éducation, les vacances, les loisirs ou encore la culture. Aujourd’hui en France, en moyenne un enfant par classe est orphelin d’un ou de ses deux parents, soit 800 000 jeunes de moins de 25 ans.


12 mai 2011
LA SEMAINE du 12 au 18 mai 2011
Cette semaine, dans son numéro 1419, La Lettre publie en Une la deuxième partie de la note « Associations : péril en la demeure » rédigée par deux  administrateurs de la Fonda, Jean-Pierre Duport et Thierry Guillois. Dans cette seconde partie, ils s’inquiètent des incidences de la réforme des collectivités locales et du droit communautaire sur la survie et l’indépendance des structures associatives. Les auteurs précisent également que la Fonda et ses partenaires entendent se mobiliser pour la reconnaissance de l’utilité de la vie associative, notamment en cette période de crise économique et sociale.
La rubrique « Kaléidopresse », consacrée cette semaine au débat national sur la dépendance, reprend, entre autres, un article paru dans Le Figaro du 5 avril. Ce papier explique comment le groupe de travail ministériel sur les perspectives démographiques et financières de la dépendance réfléchit à un scénario moins favorable que prévu. En effet, selon les dernières projections, dans cinquante ans, il y aura deux fois plus de personnes âgées dépendantes qu’aujourd’hui. On passerait ainsi de 1,15 million de personnes dépendantes en 2010 à 2,3 millions en 2060. Des chiffres supérieurs aux dernières prévisions officielles, élaborées en 2005 par le centre d’analyses stratégiques.
Dans ce numéro 1419, La Lettre revient en outre sur deux appels à projets lancés il y a peu. Le premier, ouvert jusqu’au 15 juin, émane de la ville de Paris et a pour but de favoriser la création d’entreprises solidaires et innovantes ; le deuxième, ouvert jusqu’au 31 juillet et lancé par le Crédit mutuel et France Bénévolat, entend valoriser les bonnes pratiques associatives des jeunes.


5 mai 2011
LA SEMAINE du 5 au 11 mai 2011
Dans ce numéro 1418, la Une de La lettre reprend, comme prévu, la première partie de la note signée par deux administrateurs de la Fonda, Jean-Pierre Duport, ancien préfet, et Thierry Guillois, juriste. Intitulé  « Associations : péril en la demeure », ce texte évoque notamment  les contraintes budgétaires de l’Etat et des collectivités responsables de la baisse des subventions allouées aux associations. Les auteurs expliquent également pourquoi la réforme de la taxe professionnelle effective depuis le 1er janvier 2010 devrait, à terme, avoir des répercussions sur le financement public de ces structures de l’Économie sociale, en particulier dans les zones rurales et semi-rurales.
La rubrique « Économie sociale en mouvement » annonce quant à elle le changement récent de présidence à la tête de l’Association pour le droit à l’initiative économique (Adie) : Catherine Barbaroux, ancienne directrice générale des services de la région Ile-de-France, vient de succéder à la charismatique Maria Nowack. Cette même rubrique revient également sur les Rencontres des innovations solidaires (RIS) qui se sont déroulées les 15 et 16 mars au Cnit de La Défense.


20 avril 2011
LA SEMAINE du 21 au 27 avril 2011
A la Une de son numéro 1416, La lettre reprend trois questions posées par le Cides à Nadine Richez-Battesti, universitaire, au sujet de l’étude réalisée par le CNRS en 2010 sur l’emploi dans l’économie sociale et solidaire en région Paca. Cette recherche met au jour la satisfaction paradoxale des salariés du secteur malgré la qualité toute relative de leur emploi. Pour Mme Richez-Battesti, ce sentiment est vraisemblablement en lien avec le projet social porté par les structures de l’ES dans lesquelles ils travaillent.
Dans la rubrique « Trois questions à... », en page 5, Patrick Bézier, directeur général d’Audiens, premier groupe de protection sociale exclusivement dédié aux secteurs de la culture et de la communication, nous précise pourquoi le développement durable est un axe majeur de sa stratégie. « Le développement durable est consubstantiel à nos métiers dont la valeur fondatrice repose sur la solidarité intergénérationnelle », explique-t-il notamment. Enfin, la rubrique consacrée aux Caisses d’épargne relate l’initiative originale portée par la Caisse d’épargne Normandie : la mise en place de webconférences régulières, animées par des experts, et auxquelles tout client ou prospect peut s’inscrire.


14 avril 2011
LA SEMAINE du 14 au 20 avril 2011
La rubrique « On en parle » de ce numéro 1415 publie un extrait du livre de mémoires de Michel Rocard intitulé Si ça vous amuse et paru récemment aux éditions Flammarion. L’ancien ministre revient sur la période où, chargé du Plan et de l’aménagement du territoire, il parvient à créer, en deux ans seulement et grâce au soutien du Premier ministre Pierre Mauroy, trois institutions dédiées à l’économie sociale : le Conseil supérieur de l’économie sociale, la Délégation interministérielle à l’économie sociale et l’Institut de développement de l’économie sociale. Il explique aussi comment, au cours des années, le vocable d’économie sociale est rapidement accepté, reconnu et employé au plus haut niveau de l’Etat.
La rubrique « Economie sociale en mouvement » aborde quant à elle la question du vieillissement de la population salariée de l’ESS : aujourd’hui, 13 % de ces salariés sont concernés par un départ à la retraite en 2015. Cette même rubrique annonce par ailleurs l’ouverture, à Montpellier, de la quatrième promotion de l’Ecole de l’entrepreneuriat en économie sociale, qui devrait débuter en octobre 2011.


7 avril 2011
LA SEMAINE du 31 mars au 6 avril 2011
Ce numéro 1414 de La Lettre présente l’étude menée récemment par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sur l’économie sociale (ES). Rendue publique le 29 mars, cette étude précise que les mutuelles, les associations, les fondations et les coopératives employaient 10 % de l’ensemble des salariés en 2008. Un chiffre qui n’a pratiquement pas bougé depuis 2006. L’institut précise aussi que l’économie sociale se compose d’une myriade de petites unités et de quelques grosses entreprises de plus de 5 000 salariés, dont les domaines d’action concernent surtout le secteur tertiaire (action sociale autour des personnes âgées ou handicapées, enseignement, hospitalisation, banque et assurances).
La page 5 reprend par ailleurs la Lettre de conjoncture de la Confédération nationale du Crédit mutuel datée de mars 2011 et consacrée à l’inflation. Alors qu’elle avait disparu depuis une quinzaine d’années, l’inflation refait surface dans les débats. Or, nous explique la lettre, pour que la hausse des prix se transforme effectivement en inflation, il faudrait qu’elle entraîne une hausse des coûts et des salaires, ce qui est encore loin d’être le cas dans les pays industrialisés.


31 mars 2011
LA SEMAINE du 31 mars au 6 avril 2011
Le numéro 1413 de La Lettre pose trois questions à Jean-René Marsac, député PS de la quatrième circonscription d’Ille-et-Vilaine (Redon-Bruz), tout nouveau président du groupe d’études parlementaires sur l’économie sociale et solidaire, également membre de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale. Ce député se confie notamment sur ses nouvelles responsabilités et ses priorités en matière d’économie sociale et solidaire et exprime son sentiment sur la politique du gouvernement en faveur du développement de l’ESS et de l’entrepreneuriat social. La rubrique « Kaléidopresse » focalise quant à elle son attention sur les problèmes liés à l’emploi dans l’économie sociale. Ainsi, selon une étude de l’Acoss (l’organisme qui fédère les Urssaf) citée par le journal La Croix du 16 février, même si l’emploi dans le secteur associatif résiste mieux à la crise que dans le secteur privé, il demeure précaire. Enfin, la rubrique « Economie sociale en mouvement » reprend les derniers chiffres publiés par le Gema, selon lesquels les mutuelles d’assurance enregistrent de bonnes progressions en 2010.


24 mars 2011
LA SEMAINE du 24 au 30 mars 2011
Ce numéro spécial de La Lettre (1412) est intégralement consacré au IIe Congrès des chambres régionales de l’économie sociale et solidaire (Cress), qui a eu lieu le 19 janvier dernier à Nantes. A cette occasion, nous présentons une synthèse des principaux débats et tables rondes réalisée par Pascal Glémain, membre du bureau de la Cress Pays-de-la-Loire, docteur-HDR en sciences économiques, maître de conférences des universités, et par Henri Noguès, président de l’Association pour le développement de la documentation sur l’économie sociale (Addes), professeur émérite de l’université de Nantes. Organisés sur les thèmes suivants : « Performance démocratique et environnementale » et « Performance économique et sociale », ces débats ont permis d’illustrer le dynamisme et la capacité de synergie portés par les Cress, ces acteurs incontournables du développement régional et local de l’ESS.


17 mars 2011
LA SEMAINE du 10 au 16 mars 2011
La rubrique « On en parle » du numéro 1411 de La Lettre présente la plateforme d’attentes et de propositions publiée par l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (Uniopss) à l’occasion des élections cantonales des 20 et 27 mars prochains. L’union appelle notamment les candidats et les futurs élus à renforcer les politiques de solidarité des départements et à soutenir le monde privé à but non lucratif. Les principaux sujets de revendication concernent la lutte contre les exclusions, la protection de l’enfance, les personnes handicapées, les personnes âgées, le logement ou encore l’aide à domicile.
La rubrique « Kaléidopresse » reprend un article publié par le journal Les Echos du 15 février où il est question de la position de la Mutualité française vis-à-vis de la dépendance, thème de l’un des chantiers d’action prioritaire du mouvement pour 2011. Un sujet fondamental « qu’il ne faut pas confiner au débat financier » et qui « appelle une réponse globale », précise Etienne Caniard, président de l’organisme mutualiste.


10 mars 2011
LA SEMAINE du 10 au 16 mars 2011
Dans le numéro 1410 de La Lettre, trois questions sont posées à  Edith Arnoult-Brill, présidente du Conseil national de la vie associative (CNVA), au sujet de la réforme de cette instance appelée à devenir un Haut Conseil à la vie associative. La présidente explique les objectifs d’un remaniement qui vise surtout à mettre en adéquation la fonction et les missions du CNVA avec ses moyens et sa composition. Mme Arnoult-Brill dresse également le bilan des activités du conseil depuis sa création en 1983.
La rubrique « Europe et ailleurs » reprend deux événements révélateurs de la montée en puissance de l’économie sociale et solidaire (ESS) en dehors de nos frontières : en Espagne, tout d’abord, où le projet de loi sur l’ESS a été adopté le 21 décembre par la commission « Travail et immigration » du Congrès ; au Portugal, ensuite, où un Conseil national de l’économie sociale et solidaire, placé sous la présidence du Premier ministre, vient de voir le jour. 


3 mars 2011
LA SEMAINE du 3 au 9 mars 2011
La rubrique « On en parle » de ce numéro 1409 de La Lettre publie la seconde partie de l’intervention du professeur Michel Capron, professeur émérite en sciences de gestion, prononcée lors du colloque organisé les 4 et 5 novembre 2010 par l’Esdes, à Lyon, sur le thème « Gouvernance, management et performance des entreprises de l’économie sociale et solidaire ; quelles spécificités ? ».
Dans la rubrique « Kaleidopresse », vous pourrez lire un extrait de l’interview de Jacques Landriot, PDG de la scop Le Chèque Déjeuner, publiée par Le Monde du 1er février 2011. Le président y explique tout l’intérêt que représente le statut coopératif. Grâce à un tel statut, véritable « gage de stabilité », « nous ne sommes pas obsédés par notre rentabilité à court terme, nous n’avons de compte à rendre qu’à nos salariés sociétaires. (...) Les réserves financières de la coopérative ne sont pas partageables et la rémunération du capital est limitée. Cela contribue à une conception non spéculative de l’entreprise », précise-t-il.


24 février 2011
LA SEMAINE du 24 févreier au 2 mars 2011
La rubrique « On en parle » du numéro 1408 de La Lettre revient sur le colloque organisé les 4 et 5 novembre 2010 par l’Esdes Lyon sur le thème : « Gouvernance, management et performance des entreprises de l’économie sociale et solidaire, quelles spécificités ? » Nous avons choisi de publier la première partie de l’introduction à la table ronde « Finalité(s) et performance(s) des entreprises de l’ESS », prononcée par Michel Capron, professeur émérite en sciences de gestion.
Dans la rubrique « Kaléidopresse », La Lettre reprend une partie d’un article publié par le journal La Croix du 2 janvier 2011 au sujet des salariés et du bénévolat. On y apprend notamment que les actifs représentent la catégorie de population la plus engagée dans le bénévolat, qu’il s‘agisse d’actions solidaires ou non.


17 février 2011
LA SEMAINE du 3 au 9 février 2011
Dans le numéro 1407 de La Lettre, la rubrique « On en parle » présente l’étude réalisée par la Mutualité sociale agricole (MSA) sur les femmes chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole, en reprenant notamment les chiffres clés au 1er janvier 2009.
La rubrique « Kaléidopresse » de ce même numéro se fait l’écho d’un article sur les dévoiements de la microfinance par des prêteurs sans scrupules, paru dans Le Nouvel Observateur le 6 janvier dernier. Dans cette même rubrique, sur la base d’un article de Libération, on souligne le manque d’information des particuliers concernant toutes les solutions disponibles en matière de placements éthiques.


3 février 2011
LA SEMAINE du 3 au 9 février 2011
Cette semaine, dans La Lettre (n° 1405), la rubrique « On en parle » présente les grandes orientations d’Etienne Caniard, nouveau président de la Fédération nationale de la Mutualité française, telles qu’il les a proposées aux mutualistes le 14 décembre 2010, lors de son élection. Il s’agit pour la Mutualité de prendre ou reprendre l’initiative à l’occasion de l’élection présidentielle de 2012 et de proposer « un schéma cohérent et crédible », en particulier « de procéder à un examen sans complaisance des effets redistributifs, parfois antiredistributifs des prélèvements fiscaux et sociaux » et « de viser une organisation cohérente de l’offre de soins ». Par ailleurs, ses orientations concernent la reconnaissance au niveau européen du modèle mutualiste, le rôle de la fédération vis-à-vis des mutuelles et le renforcement du positionnement de la Mutualité, « force de proposition » et menant une « stratégie d’alliance ».
« Mettons-nous tout de suite au travail, mettons-nous tout de suite en mouvement », a-t-il déclaré en conclusion de son discours inaugural.


27 janvier 2011
LA SEMAINE du 27 janvier au 2 février 2011
A la Une de La Lettre de cette semaine (n° 1404), la rubrique « On en parle » donne le point de vue de l’Union nationale de l’aide, des soins et des services à domicile (UNA) sur la mise en chantier du dossier de la dépendance. Si l’UNA salue la volonté affichée par le gouvernement de créer une nouvelle branche de la Sécurité sociale consacrée à cette problématique, elle « restera attentive » à sa concrétisation dans les délais annoncés et rappelle son attachement aux principes fondamentaux d’un cinquième risque de protection sociale. Elle souligne en outre que 120 000 bénéficiaires seraient potentiellement sans aide et que 20 000 emplois pourraient être menacés.
La rubrique « Kaléidopresse » retient quant à elle trois articles, parus dans Le Monde, Le Figaro et La Tribune, consacrés à ce sujet de la dépendance. Des points de vue qui éclairent le débat.
A lire enfin dans la rubrique « Formation », une étude de la Dares sur la validation des acquis de l’expérience (VAE), en quelques mots et quelques chiffres.


20 janvier 2011
LA SEMAINE du 20 au 26 janvier 2011
Cette semaine, la rubrique « On en parle” » de La Lettre (n° 1403) donne le point de vue du Parti socialiste sur la politique menée par le gouvernement actuel en matière d’économie sociale et solidaire. Le PS relève quelques contradictions et constate que le mouvement, l’impulsion viennent des acteurs eux-mêmes : les Etats généraux de l’ESS, lancés par le Labo de l’ESS, le Mois de l’ESS, opération annuelle inaugurée il y a trois ans par les Cress et le CNCress, la création du Mouves en 2010. Il conclut qu’une autre politique pour l’ESS est nécessaire. En attendant des engagements fermes dotés de moyens appropriés, La Lettre ouvrira ses colonnes aux points de vue des autres formations politiques.
Dans sa rubrique « Economie sociale en mouvement », La Lettre publie la position de la Mutualité française relative au rapport de Mme Hubert sur « l’avenir de la médecine de proximité » et la juge intéressante.
Toujours dans cette rubrique, il est question du plaidoyer en faveur du droit aux vacances fait par le président de l’Union nationale des associations de tourisme (Unat), Patrick Brault, notamment lors du dernier congrès de cette union qui vient de fêter ses 90 ans... sans oublier que la France fêtera cette année les 75 ans des congés payés. Ce n’est pas inutile, car 46 % des Français ne partent pas en vacances !


13 janvier 2011
LA SEMAINE du 13 au 19 janvier 2011
Dans le numéro 1402 de La Lettre, la rubrique « On en parle » est consacrée à la mise en œuvre des recommandations contenues dans le rapport Stiglitz. L’Insee et le Service de l’observation des statistiques présentent des données et des publications offrant un nouvel éclairage sur l’économie, la qualité de vie et le développement durable.
A la suite d’articles parus dans Réponse, revue de la Mutualité interprofessionnelle, la rubrique « Europe et ailleurs » revient sur la nécessité affirmée par l’ONU de créer une protection sociale universelle et un « socle social minimal universel ».
A lire enfin, dans la rubrique « Economie sociale en mouvement », la position des mutuelles du Gema relative au rapport Rosso-Debord sur la prise en charge des personnes dépendantes et le chantier récemment ouvert sur la perte d’autonomie.


7 janvier 2011
LA SEMAINE du 6 au 12 janvier 2011
Dans ce premier numéro de l’année, La Lettre (n° 1401) consacre sa rubrique « On en parle » au nouveau départ du Conseil supérieur de l’économie sociale et solidaire, qui s’est réuni le 8 décembre 2010 sous la présidence de Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. Extraits du discours de Mme la ministre.

 

 

 

ARCHIVES
2015 2014 2013 2012 2011 2010
Revenir à l'année 2016
 

| © ciem.fr | Informations légales | Plan du site | Nous contacter |